La bataille de Moyenvic

- Nuit du 7 au 8 novembre 1944, 3H00

Suivant les consignes reçues, les compagnies d’assaut des trois régiments d’infanteries commencent leur progression dans le plus grand silence en vue de passer la Seille tenue par les avant-postes de la 36ème V. Gren. Div qui va être surprise au petit matin.

front44


- 8 novembre 1944, 6H00

Chaque bataillon, compagnie, peloton des trois régiments d’infanteries connaît son objectif et les cheminements pour se placer en face au plus près, en vue de l’assaut. Depuis un mois, leurs Etats-Majors et chefs d’unités ont eu le temps de se préparer à enlever par surprise très vite la première ligne d’avant-postes qui est connue. A 6 heures, dans un ensemble parfait, sur toute la ligne du front de la 26ème DI US, les compagnies d’assaut s’élancent. Partout c’est la charge à la baïonnette, les combats à la grenade et au corps à corps, avec cette fougue légendaire que l’infanterie américaine a inscrite dans l’Histoire de la Première Guerre Mondiale. Le 104ème RI du Colonel D.T. Colley enlève Vic-sur-Seille après un violent et bref combat et réussit à prendre les ponts et points d’appuis fortifiés que la 361ème Volkgrenadierdivision n’a pas le temps de détruire complètement avant de retraiter. Pendant ce temps, le 2ème bataillon (Lt Colonal B.A. Lyons) du 101ème RI attaque et enlève le pont intact de Moyenvic, alors que le premier bataillon (Lt Colonel L.M. Kirk) lance des attaques de diversions sur Xanrey qu’il prend.

- 8 novembre 1944, 9H00

L’attaque surprise sur Moyenvic est réussie. Le 2ème B/101ème CT a nettoyé le village maison après maison transformée en forteresse par la 361ème Volksgranadierdivision avec pour résultat cinq cent quarante deux prisonniers et tout un bataillon ennemi détruit. Sans attendre, l’artillerie divisionnaire pilonne la côte 310 (côte Saint-Jean) tenant les routes Moyenvic-Château-Salins et Moyenvic- Dieuze sous ses feux et objectif principal de la 26ème DI US. La côte Saint-Jean, fortifiée depuis 1914, tient l’entrée du plateau de Morhange et est alors tenue par le 953ème volksgrenadierégiment de la 361ème volksgrenadierdivision et le 361ème bataillon de pionniers. Elle est truffée de tranchées et de positions de nombreux mortiers et nids de mitrailleuses et renforcée par une batterie de six canons de 105 mm horzwillers. C’est la position principale de la 361èmè Volksgrenadierdivison.



C’est à l’infanterie d’assaut du 101ème CT de l’enlever sous la protection d’un lourd barrage roulant d’artillerie, pour permettre aux blindés de la 4ème DB US de progresser sur les deux axes routiers. Et pour cela il faut d’abord atteindre ses contreforts et l’encercler. Alors que les compagnies E et F du 2ème B/101ème CT avancent, elles sont violemment prises à partie par un tir de barrage en provenance de Marsal encore tenu par l’ennemi, qui stoppe l’assaut en désorganisant les deux compagnies, infligeant à la compagnie E, tête d’assaut, de nombreuses pertes.

- 8 novembre 1944, 11H00

Les compagnies d’assaut E et F sont réorganisées et renforcées par la compagnie G. Le 2ème B/101ème CT reprend sa progression vers la côte 310. Pendant ce temps, les 101ème et 104ème CT organisent la ligne de la Seille , déminent à tour de bras, et les bataillons de génie attachés à la 26ème DI US réparent les ponts sur la Seille et préparent le passage des combats commands de la 4ème DB US. Au début de l’après-midi, le 3ème B/101ème jusque là en réserve est engagé pour soutenir l’action du 2ème B/101ème CT sur la côte Saint-Jean. Très vite il est stoppé par un tir de barrage en provenance du haut de la crête où se trouve l’artillerie de la 361ème V. Gren. Div.. Sous un déluge de feux, artillerie, mortiers, mitrailleuses, qui va durer vingt minutes, encore une fois l’attaque du 101ème CT est désorganisée, les pertes sont sensibles et les actes d’héroïsme nombreux sur cette terre de la petite Seille aux coupures d’eau multiples et transformée en marais. Alors que de furieux combats se déroulent pour la prise de la côte Saint-Jean toute la journée, à la droite du 101ème CT, le 328ème CT (Colonel B.R. Jacobs) enlève facilement Bezange-la-Petite et Moncourt et fait de nombreux prisonniers parmi les six compagnies du 952ème Volksgrenadierégiment tenant ce secteur, ouvrant la porte de Dieuze, Benestroff, Mittersheim.

- Nuit du 8 au 9 novembre 1944

Dans la nuit, le bataillon de pionniers de la 559ème V. Gren.Div. quitte Château-Salins et vient renforcer les défenses de la côte Saint-Jean alors que l’Etat-Major de la 26ème DI US dresse un nouveau plan d’encerclement de ce point d’appui principal sud de la vaste forêt de Bride, et Koeking déployée au Nord-Est, entre Château-Salins et Dieuze. Ce vaste massif forestier aux nombreuses côtes entièrement fortifiées que le 20ème corps d’armée du Général Foch n’a pu enlever en août 1914 et qui fut une des causes principales de l’échec de la bataille des frontières, est bien le verrou Sud du pays d’Albe.

- Journée du 9 novembre 1944

Devant les difficultés rencontrées par la 26ème DI US pour enlever la côte Saint-Jean et poursuivre sur la forêt de Bride Koeking par une frontale, tout en s’appuyant sur la vallée de la haute Seille conquise brillamment par surprise, dans la nuit, le Général Eddy commandant le 12ème corps a dressé un nouveau plan de pénétration. Tout en continuant l’attaque frontale pour encercler la côte Saint-Jean par son 10ème CT, le 104ème CT placé à gauche va tourner le point d’appui ennemi par son sud-ouest de façon à permettre d’encercler Château-Salins à son nord par la liaison avec la 35ème DI US attaquant au centre du corps d’armée, à l’ouest de la forêt de château-Salins. Au matin du 9 novembre, le 1er B/101ème CT jusque là en réserve à Juvrecourt, sort de Moyenvic qu’il a atteint dans la nuit et tente d’envelopper la mont Saint-Jean par son sud-ouest, mais est stoppé à hauteur de Moulin Neuf par les tirs de Panzer ennemis tenant la bas de la côte. Le 3ème B/101ème CT réussit a enlever le ravin conduisant à Salival et tient cette position clé, par deux compagnies. Il vient de percer les défenses ennemies à la jonction des 559ème V. Gren. Div. tenant ce secteur à la retraite. A la même heure, le 104ème CT du Colonel D.T. Colley, parti de Vic-sur-Seille, attaque les défenses sud-est de Château-Salins en direction de Morville-les-Vic et force les unités de la 559èmè V. Gren. Div. tenant ce secteur à la retraite.



Ce premier succès va être exploité par une task force composée de la compagnie K (Captain Charles F. Long), du 104ème CT renforcé par un peloton du 761ème tank bataillon qui atteint Morville-les-Vic à 15H00 et après un violent combat, maison après maison, reçoit l’ordre de poursuivre vers Hampont où le capitaine Long sera tué par le tir d’un obus anti-chars ennemi. Bien soutenue par l’artillerie avec l’aide de son aviation de liaison et d’observation, l’infanterie de la 26ème DI US vient non seulement d’encercler la fameuse côte Saint-Jean, mais de percer la ligne principale de résistance ennemie entre Château-Salins et Hampont, tournant le vaste massif forestier domanial de Bride et de Koeking. Pendant ce temps à son ouest la 35ème DI US vient d’enlever la forêt de Château-Salins et à l’Est le 9ème bomber command attaque le secteur de Dieuze et lance cent dix bombes lourdes. La raison de cette action surprise : à Dieuze se trouve le poste de commandement de la 361ème V. Gren. Div. Du colonel Alfred Philipp, mais aussi un bataillon de réserve, et surtout la 243ème brigade de canons d’assaut. Depuis, l’aviation d’observation a signalé de nombreux renforts arrivant par la route Benestroff, Dieuze. Comme Château-Salins, Dieuze à son est, est un nœud de communications routières important, de là le traitement spécial qui va permettre au 328ème CT de progresser et de le saisir.

- Nuit du 9 au 10 novembre 1944vtrans

Devant les succès remportés par son infanterie manœuvrant sur un terrain des plus défavorables, et ayant réussi à percer la ligne principale Est du 13ème SS Armeekorps, le Général Eddy commandant du 12ème corps ordonne au Général Wood commandant la 4ème DB US d’entrer en action suivant le plan prévu. Objectif principal premier : Morhange. Le CCB du Général Holmes E. Dager attaché à la 35ème DI US attaquera à l’Ouest sur l’axe Château-Brehain, Baronville, Morhange. Le CCA du Colonel Creighton W. Abrams soutien de la 26ème DI US le fera sur l’axe Vic-sur-Seille, Hampont, Morhange.

- 10 novembre 1944

Toujours la manœuvre de débordement par les ailes qui va forcer dès le départ la 559ème V. Gren. Div. à « la retraite élastique », créant la rupture du front du 13ème SS Armeekorps. Dans la nuit du 9 au 10, l’ennemi a abandonné Château-Salins qui déjà n’est que ruines. L’artillerie lourde du 401ème Volksartilleriekorps qui vient de prendre position sur la ligne Benestroff, Francaltroff bombarde sans pitié les secteurs abandonnés pour permettre le repli des unités poursuivies de très près.

- 10 novembre1944, 10H55

Le Colonel Abrams, suivant l’ordre reçu, lance CCA 4ème DB US en avant. Dans la nuit, les deux tasks forces ont passé la Seille sur les ponts entre Moyenvic et Vic-sur-Seille. La task force du Major William Hunter (37ème tank battaillon), leader de CCA, attachée au 104ème CT sur Morville-les-Vic ne rencontre qu’une faible résistance de la 559ème V. Gren. Div., mais a des difficultés d’embouteillage sur cette petite route secondaire et perd du temps à se déployer. Pourtant elle poursuit sur Hampont son objectif qu’elle atteindra le 10 novembre au soir. La task force Lieutenant-Colonel Delk M. Oden (35ème tank bataillon), soutient du 101ème CT, attaque Hampont par la route Vic-sur-Seille (le moulin neuf), Château-Salins, soutenant l’attaque du 101ème CT sur la côte Saint-Jean. La percée des blindés n’a pas d’effets immédiats sur la 361ème V.Gren. Div. bien installée défensivement sur la côte Saint-Jean et dans la forêt de Bride-Koeking, soutenue puissamment par son artillerie tenant Marsal et Haraucourt-sur-Seille à son est, malgré les violents tirs de contre-batterie effectués par la 26ème DI US. Si la côte Saint-Jean est entièrement encerclée à sa base par la 26ème DI US, le 953ème V. Gren. Regt. qui a été renforcé par le 361ème bataillon de pionniers de sa division et le bataillon de pionniers de la 559ème V. Gren. Div. voisine, tient fermement ses hauteurs et lance de vives contre-attaques sur ses pentes, pour tenter de se dégager. Après avoir réorganisé ses bataillons, le colonel W.T. Scott commandant le 101ème CT les lance à l’assaut de la crête 310, bien soutenus par l’artillerie et la task force Oden. Le 1er bataillon au départ du bois Saint-Martin, le 3ème bataillon par les crêtes de Koeking. Le soir, la côte Saint-Jean, verrou est de Château-Salins, est aux mains du 101ème CT. Elle a couté la perte de quatre cent soixante dix huit officiers et hommes de troupes morts ou blessés.


hendrix
En se promenant, on a retrouvé par hasard une inscription dans une ancienne loge de vigne ayant servi d’abri aux soldats au cours des combats. Sur le mur on peut lire : Bill Hendrix, nov 12 1944, Seattle, Washington DC, USA.
 
Calendrier
<<  Novembre 2017  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
    1  2  3  4  5
  6  7  8  9101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Envoyer une E-Carte
Dernières infos
Arts et la table, les Templiers, l'Empire, Friant, la vallée de la Seille, six conférences dans le Saulnois Dimanche, 12 Novembre 2017  
Image

 
Les associations des Amis du musée du sel de Marsal et Chemins Faisant proposent comme chaque année un cycle de conférences en commun.  La... Lire la suite...
Chopin, Debussy, Catoire de Bioncourt à Marsal, le 11 juin Samedi, 28 Mai 2016  
Image

 
C'est un évènement exceptionnel qui sera proposé aux habitants du Saulnois par l'association Chemins faisant, le samedi 11 juin, à 17 heures,... Lire la suite...
L'assemblée générale, vendredi 11 mars, 18h Samedi, 05 Mars 2016  
 
L'association culturelle moyenvicoise Chemins faisant tiendra son assemblée générale, vendredi 11 mars, à 18 h, dans la salle socio-éducative de... Lire la suite...
Derniers articles
none