Chemins Faisant

La vie de Chemins faisant

Un abri pour les randonneurs sur le GR5

abricfb

 

L'association Chemins Faisant vient d'inaugurer sur la côte Saint-Jean un abri pour les marcheurs.

Cet investissement s'inscrit dans le cadre de son programme de valorisation du patrimoine naturel et historique de Moyenvc qu'elle mène depuis dix-sept ans dans ce village du Saulnois.

Après avoir balisé un sentier de sept kilomètres qui serpente sur cette colline dominant la haute vallée de la Seille, après avoir installé des bancs tout au long du chemin, après avoir posé au sommet une table d'orientation, les membres de Chemins Faisant ont décidé de réaliser un abri pour permettre aux randonneurs de faire une pause et de se restaurer, qu'ils parcourent la boucle des Hauts de Saint-Jean ou qu'is suivent le tracé du sentier de Grande Randonnée (GR5). 

Le travail (pose de l'abri, d'une table et ses deux bancs) a été confié à l'entreprise de Château-Salins, Menuiserie et Agencement du Saulnois. Le projet a été validé et soutenu par la municipalité de Moyenvic. 

Pour compléter l'équipement du sentier des Hauts de Saint-Jean, Chemins Faisant envisage de poser des balises avec QR codes sur le parcours afin de présenter les richesses historiques  à différents endroits de la boucle. Un simple clic sur son smartphone et toute l'histoire du site défile sur votre téléphone : la bataille de novembre 1944, l'Abbaye de Salival, la chapelle de Saint-Livier, la prise de Marsal par Louis XIV, les anciennes cultures du Saulnois (vignes, tabac, houblon).....

Tous les passionnés du patrimoine naturel et historique dans le Saulnois, tous les randonneurs, sont invités à découvrir le sentier des Hauts de Saint-Jean (départ au rond-point de Moyenvic), à se rendre sur le site internet de Chemins Faisant pour obtenir toutes les infos sur l'association, sur l'histoire de Moyenvic, 

Renseignements au 06 24 38 43 90.

 

La randonnée du boiteux prêtre, 7 juillet à Mulcey

boiteuxpretre1Neuf kilomètres de marche étaient au programme de la randonnée proposée ce dimanche 7 juillet par Chemins Faisant dans la forêt de Mulcey et ses alentours. Une trentaine de personnes a participé à cette balade champêtre qui aura duré un peu plus de deux heures.
Une rando enrichie par une petite halte historique au pied d'une croix dressée au bord du chemin pour évoquer l'incroyable histoire de ce curé du Saulnois qui fut traqué, emprisonné, déporté, frappé par....les représentants de la jeune nation française aux temps de la Révolution. 
Curé réfractaire, parce que refusant de prêter serment à la constitution civile du clergé, Pierre Benoît Chauffeurt, né à Gelucourt en 1762 va parcourir le Saulnois pendant près de dix ans dans la clandestinité  pour officier malgré les menaces qui pesaient sur lui. Battu par les gendarmes à Mulcey, il reviendra boiteux à la mairie. La croix fut érigée pour honorer sa mémoire.
L'histoire du boiteux prêtre, retracée grâce aux documents exhumés par M.Coffe ancien instituteur et maire de Mulcey et transmis par M.Lormant, professeur et ancien maire de Mulcey : 
Pierre Benoit Chauffeurt naquit à Gelucourt le 11 juillet 1762 de François Chauffeurt et Marguerite Cuny. Après son ordination sacerdotale le 19 septembre 1789, il administra pendant quelques semaines la paroisse d'Haraucourt sur Seille. Celle-ci ayant un nouveau pasteur, Nicolas Jacob, le jeune prêtre rentra dans sa famille en attendant sa nomination, le 19 mars 1790, de vicaire de Saint-Julien les Gorze.
Quelques mois plus tard devait être votée la fameuse Constitution civle du clergé. La foi du jeune curé ne tardera donc pas à être mise à l'épreuve. Comme tous les prêtres du royaume il sera invité à jurer fidélité à cette Constitution. 
Le 27 juin 1791, en effet, le maire de Saint-Julien les Gorze lui notifie l'ordre de se présenter à la mairie et d'obéir à l'injonction de la Nation. L'Abbé Chauffeurt ne jure pas. 
Après ce refus il ne lui restait plus qu'à s'expatrier car l'arrestation, la prison, l'exil ou la mort même attend tout refractaire. L'arrivée d'un prêtre intrus (celui qui a prêté serment) l'oblige à quitter Saint-Julien. Mais il ne quittera pas le diocèse. On se saisit de lui alors, on l'interne à la maison de réclusion de la Doctrine Chrétienne à Metz et le 11 mai 1794, il est condamné à la déportation par le trop célèbre Mallarmé, représentant du peuple. Et le 12 mai, il est transféré à Rochefort avec 33 autres écclésiastiques de la Moselle.
L'Abbé Chauffeurt doué d'une constitution robuste résiste aux souffrances de la déportation et le 7 février 1795, il reprend le chemin de son pays natal, en compagnie de 18 autres déportés de son département.  
Revenu à la maison patrenelle après sa longue détention, il se fait missionnaire apostolique et en déploie le zèle. Toutes les tracasseries, tous les dangers le menacent. Peu lui importe, il n'en a nul souci. Vergaville, Bourdonnay, Lindre, Guéblange, Mulcey, Château-Voué, Sotzeling, Bréhain le verront exercer son sacerdoce, malgré toutes les poursuites dont il est l'objet.
Il sera saisi une première fois à Vergaville, une seconde fois à Bourdonnay où une émeute éclate en sa faveur contre les agents de la police, une troisième fois à Mulcey et à chaque arrestation il sera traduit devant le tribunal. 
On s'attardera ici sur l'évènement de Mulcey, sujet de notre propos. Le 20 septembre 1795, il venait de baptiser un enfant et prenait une légère collation avant son départ lorsque l'agent de Mulcey vint le saisir et le conduire à la mairie. L'Abbé Chauffeurt demande s'il y a des lieux de commodité où il se rend sans exciter la défiance de ses limiers. Il en sort, se sauve à travers champs et va atteindre la forêt lorsque l'agent parvient à le saisir. Il est roué de coups et ramené, boiteux, à la mairie.
Il sera assigner en résidence à Gélucourt avec interdiction d'exercer son ministère. Mais à peine remis en liberté il reprend son bâton de missionnaire. On veut lui faire prêter serment de fidélité aux lois de la République, il s'en exempte par mille subterfuges.
Le 28 novembre 1797, le Directoire exécutif porte contre l'Abbé Chauffeurt un décret de déportation et ordonne de se saisir de lui.
Mais cette fois il sera plus facile de le condamner que de s'en emparer. Il rayonne clandestinement dans les cantons de Dieuze, Château-Salins, Delme, Vic partout où il sait qu'un fidèle l'attend. La police en est au courant, elle réquisitionne ses agents, ses gendarmes, ses limiers : peines perdues. aujourd'hui on envahit à l'improviste la maison qui recèle le perturbateur de la société, on en garde toutes les issues, on pénètre dans la chambre à coucher, le lit en est chaud mais l'oiseau n'y est plus !
Un autre jour, les commissaires arrivent sans bruit, ils l'aperçoivent de la rue, il est à table. Cette fois il ne peut s'échapper. On se précipite dans la salle où il vient d'être vu. Il n'y a plus personne. Un pétrin qui avait servi à faire le pain quelques instants auparavant, lui fournit un refuge. Il en retourne l'embouchure du côté de la muraille, s'y blottit. l'agent de police cherche ne voit rien. Peut-être que cet agent accomplit une mission qui lui est pénible et qu'il est heureux de ne rien découvrir, lorsqu'il a très bien vu. Quoiqu'il en soit, l'Abbé reste introuvable !
Le 31 décembre 1798, on organise une battue en règle. Tout un règlement est mis sur pied. On prend des chemins détournés pour ne pas éveiller l'attention, on visite toutes les maisons suspectes : rien encore. Aus environs de Gelucourt, il y a plusieurs écarts : Kraftel, Videlange, Ormange, la Tuilerie, le Moulin, il est assurément dans l'un ou l'autre. Où donc est-il ? Profitant des bois il est ou à Oron ou à Lucy, ou à Lidrezing, ou à Château-Voué. 
Et lorsque ceux qui le cherchent rentreront tout désappointés dans leurs logis, l'Abbé Chauffeurt rentrera à Gelucourt heureux d'avoir travaillé pour Dieu et prêt à recommencer le lendemain.
Ce n'est qu'après la publication du Concordat que l'Abbé Chauffeurt sortit de la clandestinité. Le 6 juin 1802, il se présenta devant le Préfet de la Meurthe et fit la promesse exigée par la loi. 
Le 21 mars 1803, Mgr Osmond évêque de Nancy le nomma desservant d'Assenoncourt puis le transféra le 1er décembre 1807 à Guermange. C'est là qu'il mourut subitement le  29 juin 1815 au cours de l'invasion russe en ouvrant la porte à quelques francs tireurs qui parcouraient la région.
 

Le Caravage/De La Tour, que nous racontent-ils ?

caravage_contre_delatour

 

Les associations des Amis du musée du sel et Chemins Faisant proposent le samedi 18 mai, à 18h, salle des fêtes à Haraucourt, une conférence sur deux maîtres de la peinture occidentales : Georges de La Tour et le Caravage.
Dans le Saulnois, de La Tour, on ne le présente plus mais le Caravage est peut-être moins connu dans nos contrées.

Pourtant, il vient de triompher à Paris dans une incroyable exposition au musée Jacquemart André où ses toiles ont ébloui des milliers de visiteurs pendant quatre mois ?
Christophe Rodermann, conférencier du patrimoine, qui est souvent intervenu dans le Saulnois, portera un regard croisé sur ces deux immenses artistes intimement liés.
22 ans séparent les deux grands peintres, Le Caravage ouvre la voie.

C’est un personnage hors du commun. Sa peinture fascine par sa technique, l’utilisation très personnelle de la lumière et de la couleur, la force de l’émotion qui s’en dégage. Il réinvente la peinture d’histoire pour l’inscrire dans une réalité sensible et naturelle. Ces bouleversements se propagent partout en Europe et trouve un écho en Lorraine sous le pinceau de Georges de La Tour.


Influencé tout d’abord par toutes ces nouveautés, il s’en détache progressivement pour peindre la réalité et devenir celui que l'on surnomma le Maître des Nuits.
Retour sur deux itinéraires qui fascinent encore aujourd’hui »

Entrée libre

 

Chemins Faisant en visite chez Vauban

bazoches

 

Tout le monde connaît Vauban ! Le célèbre architecte militaire de Louis XIV a réalisé près de deux cents forteresses dans toute la France laissant un patrimoine exceptionnel. Dans le Saulnois, Sébastien Lesprestre de Vauban s'est illustré à Marsal et les remparts du prestigieux serviteur de l'Etat royal font la fierté des habitants de la région et attirent chaque année des touristes de tous horizons. 


Mais le personnage avait d'autres vertus. Des qualités humaines étonnantes pour l'époque, une goût immodéré pour l'écriture et une finesse d'analyse politique qui le poussèrent à la rédaction d'importants ouvrages comme ce projet de réforme fiscale qui lui vaudra d'ailleurs son exclusion de la vie politique.Pour mieux connaître cet illustre personnage, les associations culturelles des Amis du musée du sel et de Chemins Faisant ont choisi de se rendre à Bazoches dans la Nièvre le week-end dernier afin de découvrir le château qu’habitait Vauban. 

Auparavant, le groupe d’une trentaine de personnes venues de Dieuze, Château-Salins, Delme, Vic sur Seille, Xanrey, Marsal, Moyenvic, Blanche-Eglise, Mulcey avait découvert la fameuse basilique de Vézelay. Haut lieu de la chrétienté au Moyen Âge, Vézelay est un lieu de pèlerinage important sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.Construite entre 1120 et 1150, la basilique de Vézelay est un édifice majeur de l'art roman. Le tympan intérieur, présentant un Christ en gloire, est un des chefs-d'œuvre de la sculpture romane.

Après avoir dormi dans un hôtel de la région, la sortie bourguignone s'est achevée sur un site unique au monde : le chantier médiéval de Guédelon. Là, depuis vingt ans maintenant des hommes construisent un château fort selon les techniques et avec les matériaux utilisés au Moyen-Age.

 

Arts et la table, les Templiers, l'Empire, Friant, la vallée de la Seille, six conférences dans le Saulnois

Jan_Steen_008Les associations des Amis du musée du sel de Marsal et Chemins Faisant proposent comme chaque année un cycle de conférences en commun. 

La première s'est déroulée au mois d'octobre et parlait du flottage du bois au XVIIIe et XIXe. 
La suite de la saison vient d'être dévoilée : 

samedi 9 décembre 
Les arts et la table, par Christophe Roderman, Conférencier du Patrimoine, suivie du repas de Chemins Faisant, salle des fêtes d'Haraucourt sur Seille. 
Reflet d’une réalité familière, lieu de convivialité, d'échanges et de partage, la table permet une rencontre privilégiée entre le quotidien et la peinture. Déjà présente sur des oeuvres antiques, elle évolue à travers les siècles, au grès des révolutions artistiques, pour témoigner d'instants de vie, d'hier et d'aujourd'hui.

jeudi 18 janvier 
Les Templiers en Lorraine, par Michel Henry, professeur d'Histoire
L'histoire passionnante des membres de l'Ordre du temple dans notre région et notamment à Gélucourt où l'on peut encore admirer la chapelle qui porte leur nom.  

jeudi 15 février 
Fonctionnement hydrologique et écologique de la vallée de la Seille, par Guillaume Gama, ingénieur au Conervatoire des espaces naturels de Lorraine

jeudi 15 mars

La conscription pendant la Révolution et l'Empire, par Thierry Choffat, professeur honoraire à l'Université de Lorraine

En avril,
Emile Friant, la conférence décalée, par Lucienne et Venceslas
Regard sur l'oeuvre et la vie d'Emile Friant, peintre français, né à Dieuze,  

Toutes les conférences sont gratuites et sont suivies d'un petit pot de l'amitié
Renseignements au 06 24 38 43 90.

 
Plus d'articles...
Dernières infos
Un abri pour les randonneurs sur le GR5 Dimanche, 28 Juillet 2019  
Image

 
  L'association Chemins Faisant vient d'inaugurer sur la côte Saint-Jean un abri pour les marcheurs. Cet investissement s'inscrit dans le cadre de... Lire la suite...
La randonnée du boiteux prêtre, 7 juillet à Mulcey Jeudi, 11 Juillet 2019  
Image

 
Neuf kilomètres de marche étaient au programme de la randonnée proposée ce dimanche 7 juillet par Chemins Faisant dans la forêt de Mulcey et ses... Lire la suite...
Le Caravage/De La Tour, que nous racontent-ils ? Samedi, 11 Mai 2019  
Image

 
  Les associations des Amis du musée du sel et Chemins Faisant proposent le samedi 18 mai, à 18h, salle des fêtes à Haraucourt, une conférence... Lire la suite...
Derniers articles
none